Bolosmasta 8, le bilan.

Posté par le 17 sept 2013 dans NewsPas de commentaires

Mais où z’étaient, les Bolos ?

Souvenez-vous en 2012. Année de la loose… perdus les Bolos. Pas de Bolos Masta l’an dernier, mais un autre grand moment avait réuni le troupeau quelque part, dans un trou de balle de la France.

Et bah vous savez quoi, en 2013, on en a retrouvé une poignée au fond à droite par là bas, dans un joli petit manoir Lot-et-Garonnais. Petit descriptif quand même, parce que c’était de la balle : moult chambres avec plein de lits plein de draps et d’oreillers, 3 (? je sais plus) salles de bains de ouf, un grand jardin, une chapelle, une piscine, un lave vaisselle ! Du grand confort pour les vieux Bolos que nous devenons ! Une cave à vin aussi ! Mais on y a pas touché. On avait nos cubis et un pichet. Jusqu’à ce qu’une jeune et jolie brunette landaise nous le squatte. Le pichet et la poche.

Donc, deux ans après la Dordogne, retour dans le Sud Ouest où le temps n’est pas toujours clément. Mission : occuper 10 à 22 bolos sous un ciel majoritairement gris et un peu de pluie, sur 3 jours et 4 soirs, oui 4 ! Une année qui saute c’est un soir de plus dans les guiboles.

Mais que faire donc pour occuper ces enfultes (contraction d’enfoiré et d’adulte) de Bolos par temps maussade ?
Mettez-les donc dans un mini château / brocante d’une vingtaine de pièces meublées comme chez mamie, remplies d’objets centenaires, d’ouvrages poussiéreux, de tableaux Napoléoniens… les idées ne manquent pas, la connerie fait surface, s’amplifie petit à petit, au fur et à mesure que les bières descendent : lecture, dessin, découverte / fouinage du lieu, photos, jeux de cartes, cache-cache flippant au son d’une musique psychotique… ah ? on me dit que c’était Chook au clavecin ! ah non pas là, il était planqué dans le fond d’une armoire sous des draps.
De 6 à 40 ans, le Bolos est joueur ! Hop hop hop ! Un rayon de soleil, direction dehors pour des parties de pétanque bien à rosé ! diabolo, palet breton,… Malgré l’eau froide de la piscine, quelques irréductibles y ont plongé – de leur plein gré ou pas – parce que oui ! Le Bolos aime les jeux d’eau. les jeux de bière aussi, de vin, de jagger et de shooter, et de vomi dans la cheminée… c’est ça. vous l’avez bien compris on a joué à des jeux de jeune con débile.

Pour bien récupérer de ces journées de centre aéré, les bolos ont besoin d’un bon ravitaillement. Petits déj’, déj, goûters, diners, les chefs cuistots ont pu aiguiser leurs couteaux dans une cuisine sévèrement équipée. Elle.
Des menus dignes des plus grands fast foods et autres restaurants gastro entérique : hamburgers maison, poulet réunionnais entre autres, auront ravis les papilles de tous ! On s’est régalé !

et pour éliminer toute cette bonne bouffe, un peu d’exercice physique !
Premier soir, début de soirée dehors, mais l’humidité fait gagner l’équipe de vainqueurs déchainés à l’intérieur. Onze bolos enfermés, ça bouge et ça fait du bruit. Même s’ils ne sont que 11. Et ils feront du bruit tous les soirs. Et ils bougeront leurs culs tous les soirs.
Dance floor on fire ! Les vitres simple vitrage trrrrrrrremblent. Jeux de boules de lumière, trip photos ombres chinoises, dévissage de cerveau, essayage de perruque blonde, bouclier protecteur, et même un flash mob, OUI ! Dernier soir, les muscles échauffés, ou fatigués, le gentil organisateur torse à poils (ou pas), qui plus est DJ, nous entraine tous sans exception (là je dis bravo quand même !)dans une chorégraphie acceptable des années 80 ! Un grand moment de gym tonique ! Vingt-deux bolos.
Voilà 4 soirs, effectif doublé. A quand une semaine entière ? à quand le retour des bolos en horde hystéro déjantée ? Rendez-vous pour les 10 ANS !!! Allez CHOUNE !

Commenter